Contexte

L’accident de Tchernobyl, survenu le 26 avril 1986, a entraîné la contamination de vastes territoires en Europe et notamment des Républiques d’Ukraine, Russie, et Biélorussie de l’ex-URSS ainsi que de la Norvège causant des bouleversements des modes de vie pour une partie importante de la population de ces pays. L’ampleur des conséquences de cette catastrophe a entraîné une prise de conscience de la difficulté de gérer les conséquences accidentelles et post-accidentelles d’un tel évènement. 

En France, la Directive interministérielle du 7 avril 2005 a confié à l’Autorité de Sûreté Nucléaire la mission de définir, de préparer et de mettre en œuvre les dispositions nécessaires pour répondre à une situation post-évènementielle. (Guide de sortie de la phase d'urgence)

C’est dans ce cadre qu’a été créé le Comité Directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’un accident nucléaire ou d’une situation d’urgence radiologique : CODIRPA. 

Il s’agit d’une démarche qui associe de nombreux acteurs concernés par la gestion post-accidentelle : pouvoirs publics, exploitants, associations, experts…Une volonté d’anticipation, qui s’inscrit dans une démarche de défense en profondeur, et qui est destinée à améliorer la protection des êtres humains et de l’environnement vis-à-vis des conséquences d’un éventuel accident nucléaire qui entrainerait une contamination du territoire.